A la suite de notre trek de 3 jours au départ de Kalaw, nous sommes enfin arrivés au Lac Inle, lieu de tourisme très réputé en Birmanie. Il s’agit d’un lac en altitude, entouré de montagnes, offrant (une fois de plus) de superbes paysages.

Nous nous sommes installés dans l’une des nombreux auberges de la ville de Nyaung Shwe, située sur les rives du lac. Il s’agit d’ailleurs du même hôtel que celui que nous avons occupé à Bagan, l’Ostello Bello, qui est une chaîne d’auberges en Birmanie, très accueillante pour les backpackers.

Le premier jour de visite se fait en vélo, et consiste d’ailleurs en un tour gratuit proposé par l’hôtel, accompagné d’un guide. Les vélos loués, nous partons dès le matin pour un parcours de plusieurs dizaines de kilomètres autour du lac, et d’une traversée de ce dernier (nos vélos nous suivant, déplacés en même temps que nous dans un second bateau).

L’étape principale du tour sera la visite d’un village surnommé Tofu Palace, surnommé ainsi puisque les habitants cuisine du tofu de 22 façons différentes ! Si nous n’avons pas le temps de découvrir toutes les variantes, un guide nous montrera et nous fera goûter plusieurs types de tofu, et c’était vraiment excellent.

On pourra également découvrir d’autres produits, tels que les graines de tournesol et de citrouille, de l’alcool de riz… C’était très intéressant d’observer les locaux travailler leurs produits, et on se rend un peu plus compte du travail considérable qui se cache derrière certains aliments que l’on consomme (rappelons qu’en Birmanie la plupart des gens travaillent 7 jours sur 7, ça force le respect).

Nous ferons également une visite du lac en bateau (qui s’apparente plus a des petites pirogues à moteur, le lac n’étant vraiment pas profond), qui nous aura permis de profiter des paysages alentours et des commerces locaux propres à la zone.

La première partie de la visite nous montre un peu plus en quoi le lac participe à l’économie locale, puisque énormément de cultures de fruits et de légumes sont organisées sur ce dernier. C’est assez impressionnant à observer, puisque les cultures sont développées à même l’eau, grâce à un regroupement de plantes formant un support sur lequel est déposée de la terre. L’irrigation se fait donc naturellement.

On croise également en bateau de nombreux pêcheurs dont la particularité est de ramer avec le pied, debout sur leur bateau, en tout en pêchant. On en voit également de nombreux taper sur la surface de l’eau avec leur rame, sans doute pour effrayer les poissons et les piéger dans leur filets.

On traverse tout au court de la journée des villages flottants, ou habitent les personnes qui vivent du lac. Bien qu’ayant l’appellation de village flottant, on parlera plutôt de maison sur pilotis, connectés les unes aux autres par de petits pontons, et où les habitants se déplacent presque exclusivement en bateau.

Au cours de la journée de visite, nous aurons également l’occasion de visiter une fabrique de cigare, et un atelier de vêtement en soie et fibre de lotus. Encore une fois, l’artisanat pratiqué est vraiment impressionnant à regarder. Comme pour le trek, on prendra un grand nombre de photos, et on espère que vous les apprécierez autant qu’on a aimé les prendre !

 

 

 

Catégories : Birmanie

1 commentaire

Xavier · mai 31, 2018 à 8:27

Effectivement, ça à l’air vraiment sympa la Birmanie, vous n’avez pas croisé de Rohingya on dirait !

Pour ce qui est des coups de rames dans l’eau, ça ressemble fort à une technique de braconnage qui consiste à créer une onde de choc dans l’eau, et ainsi , assommer le menu fretins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *